13/05/2014

Selfie : de la tendance à la pratique marketing

Communication digitale

Selfie : c’était le mot de 2013, c’est une pratique marketing de 2014. Désigné par l’Oxford Dictionnary comme le mot de l’année 2013, il désigne une photographie que l’on prend de soi, typiquement avec un smartphone ou une webcam, et que l’on télécharge sur les medias sociaux. En quelques années, le coup de pouce de Facebook, de la caméra frontale, et de l’apparition d’Instagram ont propulsé la tendance “selfie” au rang de phénomène social au potentiel marketing intéressant…

Obsession de soi, vanité, narcissisme : autant de termes associés au selfie et communément perçus de façon négative. Alors, pourquoi les marques veulent-elles en être ? Parce que la tendance a pris de l’ampleur lorsque les consommateurs et les célébrités se sont self-shootés et ont posté fissa le résultat sur les medias sociaux.

Sur les réseaux, le fait d’être “liké” représente une motivation importante, et traduit un besoin d’être “validé”: le selfie en est l’expression littérale. Son omniprésence sur les réseaux sociaux a amené le marketing à l’utiliser pour une multitudes de campagnes, dans des secteurs d’activités variés : du transport aérien (Turkish Airlines, qui cumule 74 millions de vues en moins d’une semaine sur sa vidéo “selfie”) à la télévision (The Walking Dead, dont l’appli a permis de partager 100 millions de photos.)


Le dimanche 2 mars 2014, Ellen Degeneres brandit devant 43 millions de téléspectateurs un Samsung Galaxy Note 3 pour prendre un cliché des stars hollywoodiennes qui deviendra le message le  plus retweeté de l’histoire (3,42 millions de fois). Samsung repart lui aussi avec son Oscar : + 10 000 followers en 2 jours. Même le president Obama se laisse aller au selfie, aux côtés de la star du base-ball David Ortiz qui le photographie à l’aide d’un téléphone de la marque coréenne : heureux hasard ou coup marketing, Samsung frappe encore.

Réagir au comportement des consommateurs peut représenter une opportunité énorme, si l’on connait sa communauté et que l’on s’y prend bien. Dans un contexte de défience de la part des Français, de lassitude et de saturation, la publicité doit reconquérir sa place en tant que centre d’intérêt. Pour ce faire, quel meilleur moyen que d’utiliser les tendances afin d’identifier ce à quoi la population juge digne d’accorder son intérêt : elle-même. Il y a quelques mois, nous évoquions déjà ce sujet dans un billet consacré au marketing de l’ego.

Certes la puissance du selfie a une durée limitée, et sera peut-être exploitée par les annonceurs pendant les six prochains mois. Cependant, l’engouement pour le digital et l’apparition de nouvelles pratiques sociales laissent penser qu’il n’est pas exagéré de considerer que le prochain “gros coup” aura lieu sur les medias sociaux